La Manche


La PRESQU'ÎLE DU COTENTIN se situe à la frontière de deux grandes unités géologiques de la France:

Le MASSIF ARMORICAIN à l'ouest et au nord.

le BASSIN PARISIEN à l'est.


L'histoire géologique du Cotentin se déroule sur une durée de près de 2 milliards d'années.
Les témoins les plus anciens (ICARTIENS) sont représentés par les roches métamorphiques de la Hague (Nez de Jobourg, Anse du Culeron, Omonville la rogue), puis par des alternances de roches volcaniques, de grés et de schistes plus ou moins ardoisiers qui appartiennent au BRIOVERIEN. Ces terrains PRECAMBRIENS seront plissés et injectés de venues granitiques lors de la surrection de la chaîne CADOMIENNE vers 540 millions d'années.
carte géologique simplifiée de Bernard Langellier( voir liens)  

Sur cette chaîne érodée se sont déposés, en milieu continental puis marin, plusieurs milliers de mètres de séries sédimentaires schisteuses, carbonatées et surtout gréseuses, s'étendant du CAMBRIEN INFERIEUR au DEVONIEN INFERIEUR (stromatolites, coraux, trilobites, brachiopodes).

.....

Intercalées entre les formations précambriennes et cambriennes, des roches volcaniques témoignent des derniers soubresauts de la chaîne Cadomienne. Un minerai de fer s'est formé au sein des schistes du Dévonien (mine de Diélette).


Toutes les séries Paléozoïques seront déformées vers -340 à -300 millions d'années lors de l'érection d'une nouvelle chaîne de montagnes :

La chaîne VARISQUE ou HERCYNIENNE.

Elle sera responsable de la création de grandes structures plissées (synclinaux de Siouville, de Jobourg). La surrection de cette chaîne s'accompagne d'une activité magmatique, représentée par un cortège filonien de roches acides et basiques (rhyolites et dolérites) et par l'injection des granites de Flamanville et Barfleur.

Aprés une longue période d'évolution continentale, la mer envahit le secteur oriental au JURASSIQUE INFERIEUR et y abandonne des sédiments carbonatés (Valognes) puis argilo-calcaires (Fresville). Vers la fin du jurassique, la mer se retire à nouveau et la région demeure émergée jusqu'au CRETACE SUPERIEUR où la transgression CENOMANIENNE apporte une sédimentation carbonatée et sableuse (Fresville). La fin du mésozoïque verra encore une ultime transgression de la mer avec des calcaires biodétritiques à basculite du MAESTRICHTIEN.

 

Les derniers éléments marquants de l'histoire géologique régionale s'enregistrent :

Tout d'abord au TERTIAIRE avec l'installation de petits bassins marins où s'accumulent des FALUNS, des calcaires à milioles (Orglandes) et des argiles à cérithes (Rauville).

..........

Puis au QUATERNAIRE où le climat périglaciaire favorise la gélification des roches et le déclenchement de vastes coulées de solifluxion (Herquemoulin, Ecalgrain) qui alternent avec d'anciens dépôts de plage (Anse du Brick).


IL EST IMPORTANT DE REMARQUER:

Le Cotentin est la seule région de France où sont conservées les traces de TROIS CHAINES DE MONTAGNES ANCIENNES (ICARTIENNE, CADOMIENNE, VARISQUE).

Toutes les sortes de roches y sont représentées (SEDIMENTAIRES, VOLCANIQUES, PLUTONIQUES, METAMORPHIQUES).

LA HAGUE renferme les PLUS VIEILLES ROCHES de France.

La plupart des manuels scolaires choisissent le GRANITE DE FLAMANVILLE comme exemple de type PLUTON INTRUSIF.

 


RESSOURCES MINERALES

MERCURE
Ouville, Saint-LÔ, une petite exploitation avait été ouverte à la Chapelle-en-Juger.

PLOMB et ZINC
Une petite exploitation avait été ouverte à Pierreville et Surtainville.

BARYTINE
Saint Sauveur-le-Vicomte, Bricquebec, Valognes, Saint Vaast.

FER
Diélette (exploitation arrétée en 1964), Mortain (travaux arrétes en 1943), Bourberouge (travaux arrétés en 1914).

HOUILLE
Bassin du Plessis exploité dans les périodes 1757 à1790, 1794 à 1811 et 1836 à 1843.

TOURBE
Baupte.

BITUME
Des schistes bitumeux ont été signalés au Vrétot et surtout au sud d'Ecoquenéauville (5 à 8% d'huile).

EAU
2 sources produisant une eau chlorurée sodique riche en silice, la Rieudière à Saint Michel de Montjoie et la sources des Oiseaux à La Glacerie (fermée en 2003).

 

le NORD COTENTIN renferme d'importantes couches de grés Ordovicien minéralisées en RUTILE (oxyde de titane) et ZIRCON (silicate de zirconium) à des teneurs intéressantes.

Haut de page