POESIES 2


cette page ne concerne pas forcément la géologie, juste quelques égarements.

Lumière
Lumière dans la nuit
Ou simple sémaphore
Étoile qui nous séduit
Du coucher à l'aurore
Lumière qui illumine
Et pare de ses rayons
Ces vallées et collines
Où je vais à tâtons

Avenir
Tout au bout de la terre
au delà de la mer
Tout comme la Pangée
loin d'être égalisée
Se brisent les continents
Tout comme deux amants
Se quittent et se retrouvent
Car il faut que ça bouge
Chaque point de rencontre
Qui frémit et nous montre
Que nous ne formons qu'un
Mais.....que sera demain?

La mer
Elle peut être méchante
Aussi très attachante
On veut la retenir
Mais elle doit partir
Elle arrive à nos pieds
Puis s'en va sans crier
Mâr Galliti c'est elle
Vivante et éternelle
C'est la fille de la mer
C'est la vie sur la terre

Tempête
Nous étions si bien ensemble,
Pourquoi m'as-tu quitté.
Ton corps sur mon tronc déployé
N'est plus et je tremble
Que vas-tu devenir
Tu es si loin de moi,
Comment vas-tu finir
Peut-être en feu de bois.
Deux êtres qui se ressemblent
Seront au coin du feu
Comme ils seront heureux
D'être si bien ensemble.

Au loin
Un chemin dans les bois
S'en va plein de mystères
Voyageur aux abois
Ou d'allure légère
Avance comme un marin
Ajustant sa visière
Car au bout du chemin
Il y a la lumière

Après la vie
Dans ce monde incertain
La mort n'est pas la fin
Ce n'est que le passage
Sur un autre rivage
On passe la frontière
On franchit la rivière
Et derrière on découvre
Un amour qui recouvre
Un nouveau paysage
Un monde d'un autre âge

Soleil
Caché derrière les arbres
Ou derrière un buisson
Comme se faufile un labre
Dans un dernier frisson
Je suis toujours présent
Même dans la pénombre
Que je sois à l'Orient
Ou dans un coin plus sombre
Je brille quelque part
Au dessus des nuages
Il suffit d'un écart
Pour qu'arrive un orage
Mais je suis toujours là
Contre moi je te serre
Eh oui me revoilà
Pour réchauffer la terre

arc-en-ciel
Le soleil est parti
Refoulé de son coeur
Sans un mot sans un bruit
Alors le soleil pleure
Ses larmes dans la lumière
S'accrochent comme une prière
Cet arc dans le ciel
Ensemble immatériel
Va aussi disparaître
Et ne jamais renaître
Le soleil est parti
Il n'est plus dans son coeur
Son amour est fini
Alors le soleil pleure


Volcan
Volcan ton corps bouillonne
Alors ton coeur explose
Il cherche un objectif
Sur un autre récif
Un volcan solitaire
Et tous deux faites la paire
De vos bouillonnements
Montent des hurlements
Des plaintes et des pleurs
D'autres coeurs qui se meurent
Quand le feu tombera
Alors tu chercheras
A retrouver une faille
Un autre feu de paille
Ainsi passe ta vie
Enjeu de cette partie
Qui unit et sépare
Des âmes qui s'égarent


La pluie
En dessous de sa bâche
Pour pleurer il se cache
Il ne veut pas montrer
Ni ne laisser filtrer
Derrière ces gros nuages
Qui recouvrent son visage
Ses sentiments profonds
Qui mènent dans les bas-fonds
Il profite de la nuit
Sans temoin sans un bruit
Pour se laisser aller
Pour enfin exprimer
la douleur de son coeur
Et là... le soleil pleure


La nuit
Un terrible silence
Au delà de l'absence
S'instaure tout doucement
Inexorablement
De plus en plus profond
Car personne ne répond
Les cris de désespoir
Se perdent dans le noir
Il n'y a plus d'écho
Tout est calme, au repos
Vite que le jour se lève
Pour qu'enfin sur nos lèvres
reviennent les mots d'amour
Les mots de tous les jours
Qu'il n'y ait plus d'absence
Encore moins de silence

Papillon
Papillon éphémère
Tu voles dans la lumière
Du battement de tes ailes
Tournoyant comme un aigle
Tu butines sur les fleurs
Distribuant du bonheur
Tu redonnes la vie
Comme une poésie.
Tes ailes si fragiles
Que l'on ne peut toucher
Dans la lumière scintillent
Comme les flammes d' un bûcher
Papillon éphémère
Tu voles dans la lumière
Distribuant dans nos coeurs
Des instants de bonheur.


Hibou
Hibou comme tu es chouette
Tes yeux brillent dans le soir
Tu as pris ta musette
Le coeur rempli d'espoir
Les ailes déployées
Au loin tu tournes en rond
Te faisant des idées
Dans un état second
Tu n'es pas habitué
A vivre dans la lumière
Et tu es fatigué
Perdu et sans repères
Regardes vers le ciel
Et poursuis ton chemin
Les rayons du soleil
Guideront ton destin

Train01
Heureux celui qui part
Avec ou sans bagages
Retourner quelque part
Dans un monde d'un autre âge
Insouciants dans un rêve
Nous suivons cette voie
Visitant sur la grêve
Admirant la Savoie
Soyons un peu rêveurs
Traçons notre bonheur.

Train02
En route pour les vacances
Ce train part en silence
Au-delà des envies
Il sillonne nos vies
En partant de l'enfance
Puis à l'adolescence
Enfin pour les anciens
Il poursuit son chemin
Train de la liberté
Ou train de l'amitié
Toujours prêt à partir
Nous fait toujours sourire.

Maman
Sans un bruit tu t'en vas
Dans un profond sommeil
Nous laissant ici bas
Dans ce monde cruel
Où donc est-tu partie
Etais-tu donc pressée
Retrouver tes amies
Ou tes amours passés
Vole dans la lumière
Et poursuis ton chemin
Sans regarder derrière
Pour nous tendre la main
Aurons-nous le bonheur
De tous nous retrouver
Quand enfin viendra l'heure
Du jugement dernier


Papillon 2

Tu vas et tu t'en viens
Par delà les chemins
Tes couleurs émerveillent
d'un éclat sans pareil
Tu passes et tu attises
Nombreuses convoitises
Sans cesse renouvelées
Sans cesse désenchantées
Papillon de ce jour
Papillon de ce soir
Oh papillon d'amour
Papillon au revoir


Haut de page